Deimos-2, le nouveau défi du Programme aérospatial d'observation de la Terre

Parmi les principales étapes d'Elecnor Deimos dans le secteur aérospatial nous citerons son Programme d'observation de la Terre, qui a démarré en 2009 par la mission Deimos-1 et qui est à présent renforcé par deux nouvelles initiatives : le développement de sa seconde mission spatiale, Deimos-2, et la mise en service du Centre d'intégration et d'opérations de satellites de Puertollano (Ciudad Real). Et ce, dans un seul but : mettre la haute technologie aérospatiale au service de la société et être en mesure, à travers l'observation de la Terre, d'améliorer la connaissance des phénomènes naturels et contribuer à la prévention et à la gestion des éventuelles crises naturelles ou humanitaires.

Deimos-2 compte un investissement total de 60 millions d'euros pour son développement intégral, jusqu'au lancement du satellite prévu pour le premier semestre 2014.

Les images saisies dans le cadre de cette mission seront utilisées notamment dans les domaines de l'agriculture, l'urbanisme, la cartographie, la sécurité et l'intelligence, la protection civile et l'environnement. À cet effet, Deimos-2 est doté des toutes dernières technologies, qui lui permettent d'améliorer les prestations de son antécesseur. Trois ans et demi de développement ont débouché sur la création d'un satellite de 300 kilogrammes et de 2x3 mètres qui orbitera à plus de 600 kilomètres de la Terre, dont il couvrira une superficie de 150.000 km2/jour. Son instrument principal est un appareil photo panchromatique et multispectral qui permet d'obtenir des images ayant une définition de 75 cm. À cette capacité s'ajoute une grande souplesse pour diriger l'appareil photo dans tous les sens et d'obtenir des images extrêmement précises et avec beaucoup de détail.

Un complexe aérospatial de pointe à Puertollano

En parallèle à Deimos-2, Elecnor Deimos a développé le Centre d'intégration et des opérations de satellites de Puertollano. Un complexe aérospatial ambitieux, consacré au contrôle et à l'intégration de satellites, créé pour gérer ses propres missions, mais aussi des missions de tierces parties.

Ces installations, qui ont nécessité deux ans de développement et un investissement de 8 millions d'euros, visent trois segments : Le Segment Vol (Intégration des satellites), le Segment Terre (Centre de contrôle) et le Segment Utilisateur (Logiciels destinés aux clients). Parmi cet équipement technologique avancé, le matériel de traitement des images, équipé de son propre logiciel de développement capable de traiter un image et de la livrer aux sociétés qui en font la demande en moins de deux heures après son téléchargement.

L'antécesseur de Deimos-1

Le Programme d'observation de la Terre d'Elecnor Deimos a démarré avec le pionnier Deimos-1, qui a été placé sur son orbite en juillet 2009, du cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan). Ce satellite a marqué le début d'un projet tout à fait innovant dans son domaine. En effet, c'était la première fois que l'Espagne utilisait l'espace pour la gestion environnementale, l'agriculture de précision et la lutte contre le changement climatique, situant ainsi Elecnor Deimos à l'avant-garde dans le domaine aérospatial.

Pour ses quatre premières années de vie (jusque fin 2013), le bilan était, à grands traits :
  • 21 452 orbites et 943 millions de Km. de parcourus, soit 6 fois la distance entre la Terre et le Soleil.
  • 18 640 images prises.
  • 1 936 000 000 Km2 de superficie totale couverte par ses archives d'images, soit 13 fois la surface de la Terre.